Assurance vie | la fiscalité des retraits

Pas de commentaire

Lorsqu’on effectue un retrait de son contrat d’assurance vie, ce sont les intérêts qui sont imposables.

Que le retrait effectué soit partiel ou bien total, il y a deux modes d’imposition possible : l’intégration au barème de l’impôt sur le revenu, ou le prélèvement forfaitaire libératoire. Dans ce deuxième cas, et pour les contrats souscrits après le 25 septembre 1997, le taux d’imposition varie en fonction de l’âge du contrat : plus on attend, moins on est imposé.

Retrait partiel ou total effectué entre 0 et 4 ans

De l’ouverture du contrat jusqu’à 4 ans après, le taux du prélèvement libératoire en 2013 est de 35 %. Vous serez donc imposés à 35 % sur les revenus compris dans les sommes que vous retirez.
Les prélèvements sociaux en 2013 sont de 15,5 %.

Retrait partiel ou total effectué entre 5 et 8 ans

Le taux du prélèvement forfaitaire libératoire est de 15 %.
Les prélèvements sociaux en 2013 sont de 15,5 %.

Retrait partiel ou total effectué après 8 ans

L’assurance vie est particulièrement intéressante au bout de 8 ans, car le taux du prélèvement forfaitaire libératoire n’est plus que de 7,5 %. De plus, ce taux s’applique après un abattement de 4 600 € pour un célibataire, et de 9 200 € pour un couple.
Le taux des prélèvements sociaux est toujours de 15,5 %.
 

A noter : Dans le cas d’un retrait partiel, le montant imposable est proportionnel aux plus-values réalisées. On le détermine en appliquant le calcul suivant :
montant du retrait partiel – total des versements x retrait partiel / valeur du contrat

Les cas d’exonération

  • Les revenus des contrats souscrits avant le 1er janvier 1983 sont exonérés d’impôt.

Dans d’autres cas, les revenus tirés d’une assurance vie sont exonérés, lorsque le souscripteur ou son conjoint est confronté à l’une des situations suivantes :

  • Un licenciement
  • Une mise en liquidation judiciaire
  • Une invalidité de 2ème  ou 3ème catégorie
  • Une mise à la retraite anticipée

 En savoir plus sur :