Le financement de la dépendance en question

Pas de commentaire

L’organisme Cap Retraite pointe les problèmes que pose et posera le financement de l’APA dans un avenir proche.

L’APA

Les personnes âgées dépendantes sont prises en charge par la Sécurité sociale, pour les aspects médicaux, et ils reçoivent l’Allocation personnalisée pour l’autonomie (APA) pour les aider à financer les frais dus à la dépendance, au niveau de leur vie quotidienne.
La majorité des allocations concerne des prestations au domicile, le maintien à domicile étant d’ailleurs privilégié dans les politiques de l’Etat à l’égard des personnes âgées.

Un financement critique pour certains départements

L’APA est financée à 70 % par les départements. Or, le contexte économique rend le bouclage du budget des départements chaque année plus difficile. Par ailleurs, la situation peut être très différente d’un département à l’autre. Certains départements ruraux, à la population vieillissante, comptent beaucoup plus de bénéficiaires de l’APA que d’autres, alors que leurs budgets sont parmi les moins importants.
Dans le département du Pas de Calais, les allocataires représentent 2,8 % de la population, comme dans les Bouches du Rhône. Ce nombre passe à 11,7 % dans la Creuse, à 12,8 % dans l’Aveyron.
L’APA représente ainsi 14 % du budget de ces départements, contre moins de 5 % dans les Hauts-de-Seine, par exemple.

Le pire est à venir

On connait la tendance : on vit en France de plus en plus longtemps. Nous gagnons un an d’espérance de vie tous les quatre ans. Or très souvent, une vie plus longue entraîne la dépendance. Si l’on peut optimiser les coûts médicaux en luttant contre les gaspillages, il n’en est pas de même pour le budget de l‘APA.
Le projet de loi pour le vieillissement présenté en septembre mobilise une enveloppe de 650 millions d’euros pour le financement de l’APA, dont les montants vont être revalorisés. Mais on prévoit le doublement de son coût à l’échelle nationale, de 5,5 milliards à 11,2 milliards d’euros d’ici 2040. Dans un contexte de finances publiques réduites, les solutions ne seront pas faciles à inventer.
Il existe toutefois un bon côté à cette importance des coûts liés aux personnes âgées : elle favorise l’emploi. On attend 350 000 créations d’emplois de proximité d’ici 2020 !
 
Prévoir avec les assurances dépendance
Devant ces incertitudes, l’assurance dépendance représente une solution individuelle de complément qui pourrait s’avérer déterminante pour le bien-être des personnes âgées. Il est préférable de la souscrire vers 55-60 ans, même si la perspective de la dépendance n’est guère agréable à envisager…