LE RENOUVEAU DU PERP

Pas de commentaire

Le plan d’épargne retraite populaire présente de nombreux avantages, notamment fiscaux, qui le rendent particulièrement attractif en cette période de hausse de la fiscalité.

Le plan d’épargne retraite populaire (Perp) retrouve une seconde jeunesse. Si un peu plus de dix ans après sa création par la loi Fillon de 2003, ce produit en rentes demeure assez confidentiel (seulement 81,1 milliards d’euros d’encours contre 1 445 milliards d’euros pour l’assurance-vie), nombreux sont ceux qui croient en son renouveau.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce retour en grâce.Comme tous les placements proposant une sortie en rentes viagères (versées jusqu’au décès du souscripteur), il offre un bon complément de revenu à la retraite. Or, justement, 67 % des Français se disent « inquiets » sur le montant de leurs futures pensions, selon une enquête du Cercle des épargnants présentée le 11 février 2014.
Le Perp devrait en profiter d’autant que, contrairement aux autres produits d’épargne retraite, il offre une certaine souplesse.

PAS LIMITÉ À UN PUBLIC

Tout d’abord, il n’est pas réservé à une seule catégorie d’actifs à l’image des contrats Retraite-Madelin destinés aux indépendants (artisans, commerçants, chefs d’entreprises) et aux professions libérales ou à Préfon-Retraite limité aux fonctionnaires.
N’importe quel particulier peut ouvrir un Perp, y compris les inactifs. A l’inverse du Livret A ou du plan d’épargne en actions (PEA), un individu peut détenir plusieurs Perp.
Les souscripteurs ont la possibilité de transférer les sommes capitalisées dans un Perp vers un autre Perp.

Plusieurs cas de sortie en capital sont prévus. Depuis la réforme des retraites de 2010, les épargnants sont autorisés au moment du départ à la retraite à débloquer 20 % de l’encours (les 80 % donnant lieu au versement de rentes).
Des déblocages anticipés sont également possibles en cas de « coups durs » : invalidité, décès du conjoint marié ou pacsé, expiration des droits aux allocations chômage, surendettement, faillite de l’entreprise créée.

PLUSIEURS CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ

Le Perp est le seul produit retraite à proposer un rachat en cas d’acquisition d’une résidence principale.
Pour profiter de cette option, l’épargnant ne doit pas avoir été propriétaire de sa résidence principale au cours des deux années précédant le dénouement.
A chaque fois, la sortie en capital bénéficie de la fiscalité avantageuse de l’assurance-vie (abattement de 4 600 euros pour une personne seule et de 9 200 euros pour un couple, prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5 % au bout d’au moins huit ans de détention du contrat).
Et pour cause : le Perp est un contrat d’assurance-vie. Comme le placement préféré des Français, il peut s’agir d’un monosupport en euros ou d’un multisupports composé d’un compartiment en euros et d’un compartiment en unités de compte (OPCVM).
Les supports euros logés dans des Perp offrent, tout comme pour l’assurance-vie « classique », une garantie sur le capital et sur les intérêts générés tous les ans.

DES DÉDUCTIONS FISCALES TRÈS INTÉRESSANTES

Mais c’est surtout l’avantage fiscal du Perp qui le rend si séduisant en ce moment. Les versements peuvent être déduits des revenus à déclarer à l’administration fiscale à hauteur de 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale (Pass) de l’année d’avant si le souscripteur ne dispose pas de revenus professionnels ou à 10 % des revenus professionnels de l’année précédente dans la limite de huit fois le Pass s’il dispose de revenus professionnels.

Pour les cotisations versées cette année, l’assuré d’un Perp pourra déduire dans sa déclaration 2015 portant sur les revenus 2014 au minimum 3 703 euros et jusqu’à 29 625 euros !
Une somme particulièrement conséquente au regard des autres « niches fiscales » rabotées d’année en année.

Ces plafonds individuels peuvent être doublés pour un couple marié ou pacsé faisant déclaration commune.
Mieux : si l’un des conjoints n’atteint pas son plafond, il peut faire bénéficier son conjoint de son reliquat.
Par ailleurs, si le souscripteur d’un Perp n’a pas utilisé la totalité de ses déductions fiscales, il peut reporter le solde l’année suivante.

Dernier avantage : les rentes versées n’entrent pas dans l’assiette de revenus pris en compte dans le calcul de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), à condition d’avoir fait l’objet de versements réguliers durant la phase de capitalisation.