Les 3 priorités du nouveau plan Alzheimer

Pas de commentaire

Un plan sur cinq ans de 2014 à 2019, a été présenté par le gouvernement le 18 novembre. Il concerne les maladies neurodégénératives au premier rang desquelles Alzheimer, et comporte 96 mesures.

Alzheimer, une lutte constante depuis 2001

Trois plans ont été développés pour lutter contre la maladie d’Alzheimer depuis 2001. Le nouveau plan s’étend, quant à lui, à deux autres maladies neurodégénératives : la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques.
La maladie d’Alzheimer touche 850 000 personnes en France, la maladie de Parkinson 150 000, la sclérose en plaques autour de 80 000. Le chiffrage et le financement des actions prévues ne sont pas précisés.

Trois axes pour le nouveau plan

Le premier porte sur l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge des malades. Il s’appuie sur les Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'Alzheimer (MAIA), réseau de partenaires pour les soins et l'accompagnement, un dispositif qui couvre actuellement 60 % des communes. 100 nouveaux dispositifs de ce type vont être créés.

La qualité de vie

Le deuxième axe concerne la qualité de vie des malades et de leurs aidants. L’accompagnement à domicile doit être renforcé, avec en particulier la création de 74 nouvelles équipes spécialisées Alzheimer (ESA). L’adaptation de ce dispositif à la maladie de Parkinson et à la sclérose en plaques doit être expérimentée.

La recherche

Troisième levier du plan, la recherche doit apporter sa contribution pour prévenir ces maladies et ralentir leur évolution. Pour cela il est prévu de développer et coordonner la recherche par la définition de centres d’excellence, et en encourageant la coopération internationale.

L’évaluation des opérations

L’ensemble de ces orientations doit être évalué avec l’objectif de « faire de la gouvernance un véritable outil d'innovation et de démocratie médicale » selon le texte. Des comités de suivi et d’évaluation réuniront pouvoirs publics, autorités médicales et associations de malades.
La lutte est encore loin d’aboutir, il est important d’en évaluer et d’en sécuriser les étapes.