LES DROITS DE RETRAITES DES PERSONNES HANDICAPÉES

Pas de commentaire

Comme prévu dans la dernière reforme des retraites, les droits des personnes handicapées ont été nettement améliorés.
A compter du 1er janvier 2015, la retraite anticipée au titre du handicap est accessible aux actifs (du privé comme public) justifiant d’une incapacité permanente (IP) d’au moins 50%.
 
Pour pouvoir partir à 55 ans, les personnes handicapées devaient auparavant disposer d’une IP d’au moins 80% ou de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).
 
Les actifs justifiant d’une IP d’au moins 50% peuvent dorénavant bénéficier d’une annulation de leur décote dès 62 ans et non plus attendre 65 ans.
Les aidants des personnes handicapées sont également mieux traités. Les parents s’occupant à temps plein et au domicile familial d’un adulte lourdement  handicapé (au moins 80% d’IP) ont désormais droit à un trimestre de cotisation de retraite supplémentaire par période de 30 mois, dans la limite de huit trimestre.
 
La majoration existait déjà, dans les mêmes termes, pour la prise en charge familiale d’un enfant présentant une incapacité permanente d’au moins 80%.
Celle pour les adultes lourdement handicapés est toutefois limitée aux prises en charges intervenues à partir du 1er février 2014.
 
En outre, les aidants d’enfants ou d’adultes lourdement handicapés bénéficient, depuis le 1er janvier 2015, d’une affiliation gratuite à l’Assurance Vieillesse des Parents au Foyer (AVPF).
Jusqu’à présent, la gratuité était accordée uniquement aux parents disposant de revenus mensuels inférieurs à 2 000 euros.