L’indépendance financière des enfants

Pas de commentaire

Des premières économies aux grands projets, de la tirelire aux placements d’épargne, c’est-petit-à petit, au fil de leur développement et de leur prise d’indépendance, que les enfants apprennent la valeur de l’argent.

Dans un premier temps, l’argent de poche accompagne la prise d’indépendance

Lorsque votre enfant commence à recevoir de l’argent de poche, il est recommandé de n’éluder aucune question et de ne pas en faire un sujet tabou. Expliquez-lui ce qu’il peut faire avec : le dépenser pour se faire plaisir, acheter des choses utiles, ou économiser tout ou partie de cette cagnotte pour s’acheter plus tard quelque chose de plus important. Les premières économies sont souvent l’occasion de prendre conscience de la valeur de l’argent et de l’intérêt d’une épargne, même modeste.

Il n’y a pas de règles sur le montant donné à chaque enfant comme argent de poche et ce n’est pas non plus une obligation. Certains parents donnent une somme chaque semaine, chaque mois et d’autres préfèrent rémunérer des services rendus par leurs enfants. Le don est également souvent associé à un événement, aux résultats scolaires ou à des occasions spéciales comme un anniversaire, Noël… Recevoir de l’argent de poche est toujours significatif pour un enfant, qui a alors le sentiment d’être responsabilisé.

L’adolescence, une période de changement

Un adolescent n’est plus un enfant et n’est pas encore un adulte … Selon un sondage Opinion Way, 66% des parents donnent de l’argent de poche à leurs adolescents âgés de 15 à 18 ans. Cela contribue à leur éducation financière et à leur responsabilisation. C’est aussi souvent perçu comme un signe de confiance.

Pour l’argent de votre adolescent, il est de plus en plus fréquent de choisir l’option d’une carte bancaire pour l’aider dans la gestion de son argent. La plupart des banques proposent désormais des outils destinés aux adolescents. Par exemple, une carte de retrait limité aux distributeurs des agences du réseau ou bien partout en France y compris à l’étranger. Certaines cartes prépayées permettent d’effectuer des achats en magasin et sur Internet, mais pas toutes. Il est donc important de bien connaître les besoins de son adolescent avant de la choisir. En règle générale, les parents fixent les plafonds de retraits et/ou d’achat associés à la carte bancaire ce qui permet de rester vigilent sans forcément tout contrôler.

Astuce

Pour aider votre enfant à gérer ses dépenses, vous pouvez, lui acheter un cahier de comptes ou créer un fichier Excel spécifiquement pour lui, en lui donnant quelques conseils sur la meilleure manière de l’utiliser.

Jeunes adultes : prendre des bonnes habitudes utiles pour la suite

Le début de la vie de jeune adulte peut être sinueux, semé d’embûches ; d’où l’importance d’apprendre à contrôler son argent : savoir établir un budget détaillé, se protéger des mauvaises surprises comme les dépenses imprévues, ou encore économiser pour les vacances…

Parmi les solutions, il y a celle d’ouvrir un deuxième compte ou un livret, d’y verser chaque mois une somme et de ne pas y toucher (dans la mesure du possible). Qu’il vive seul ou au domicile familial, certains parents continuent d’accompagner financièrement leur enfant pour le préparer et l’aider à faire face à ses obligations financières, aux contraintes budgétaires, sans toutefois trop intervenir dans sa vie.

Ouvrir à son enfant une assurance vie : 

Il est recommandé de souscrire pour son enfant un contrat d’assurance vie. En ouvrant très tôt un contrat à son nom, vous prenez date et permettez à votre enfant de bénéficier rapidement d’un cadre fiscal avantageux. En effet, un contrat d’assurance vie devient vraiment intéressant à partir de son huitième anniversaire, puisque les plus-values sont alors exonérées d’imposition et que l’épargne est totalement disponible. Si vous ouvrez à votre enfant un contrat avant ou au tout début de son adolescence, le capital pourra être disponible au moment de son départ et ce sera un vrai coup de pouce pour l’aider à réaliser ses futurs projets (financer ses études, passer le permis, acheter une voiture, avoir un apport pour un projet immobilier…).

Les deux parents (un seul selon la situation de la famille) représentent l’enfant au moment de l’ouverture du contrat. Ils signent le formulaire d’adhésion et plusieurs personnes peuvent effectuer des versements (parents, famille, proches…). Un enfant de plus de 12 ans signera également son contrat mais, jusqu’à sa majorité, le(s) parent(s) décideront des arbitrages, des investissements et des éventuels rachats. Si vous le souhaitez, vous pouvez décaler la mise à disposition du capital constitué sur le contrat d’assurance vie. Ces règles sont alors mentionnées dans un document appelé « pacte adjoint ». Vous pouvez ainsi y repousser à 25 ans l’âge de perception des fonds, ou prévoir des rachats échelonnés.