RESTER CHEZ SOI LE PLUS LONGTEMPS POSSIBLE GRÂCE AUX SERVICES À LA PERSONNE

Pas de commentaire

La perte d’autonomie est la principale crainte liée au vieillissement, devant le manque d’argent et l’isolement. Le recours aux services à la personne est une réponse à cette crainte.
Ils sont naturellement appelés à prendre une place importante en faisant de la relation humaine un vecteur de réconfort, d’échange et de services, mais également en permettant aux aidants familiaux eux-mêmes de bénéficier de services de la vie quotidienne.

​Les aides à domicile sont diverses et se déclinent en fonction de la gravité de l’état de la personne. 

L’AIDE À DOMICILE

Elle assume des tâches matérielles comme le ménage, les courses, l’aide à la préparation des repas, l’aide à la toilette. Elle peut également aider pour les démarches administratives comme remplir des déclarations pour la Sécurité sociale.
En revanche, elle ne peut pas effectuer de démarches financières pour le compte de la personne ou recevoir procuration pour aller à la banque. Elle ne se substitue pas à la personne mais représente une aide pour les tâches que la personne dépendante ne peut plus accomplir.

​Son rôle sur le plan psychologique peut se révéler déterminant : en effet, une aide à domicile n’a pas vocation à accomplir tous les actes médicaux ou thérapeutiques qui sont le fait d’un personnel qualifié (infirmières, médecins), mais en général, elle est présente quelques heures par jour auprès de la personne dépendante, elle peut donc détecter les coups de blues et finalement nouer avec la personne des liens qui dépassent le cadre de la prestation de service.

Pour des personnes isolées, c’est une façon de maintenir un contact avec l’extérieur, de pouvoir parler avec quelqu’un en prise avec son quotidien.

SUR LE PLAN FISCAL

Vous pouvez bénéficier de l’aide à domicile au titre de l’aide sociale. Vous devez être âgé(e) d’au moins de 65 ans (60 ans en cas d’inaptitude au travail).
Vous ne devez pas être titulaire de l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) et vous devez avoir besoin d’une aide matérielle en raison de votre état de santé pour accomplir les travaux domestiques de première nécessité afin de permettre le maintien à votre domicile.

Vos ressources mensuelles doivent être inférieures à 708,95 euros pour une personne seule et 1 157,46 euros pour un couple. Si vos ressources sont supérieures aux montants précités, adressez-vous à votre caisse de retraite afin de savoir si vous pouvez quand même bénéficier de l’aide sociale. L’aide à domicile (ou aide ménagère) est alors prise en charge par l’aide sociale ou partiellement par votre caisse de retraite. Dans tous les cas, une participation financière peut vous être demandée.

Il est également possible que l’aide sociale vous accorde une allocation en espèces lorsqu’il n’existe pas de service d’aide ménagère dans votre commune ou lorsque vous préférez employer vous-même une personne. Dans cette dernière hypothèse, et à la condition d’avoir plus de 70 ans, vous pouvez être exonéré(e) des charges patronales.

Pour les renseignements complémentaires, il convient de s’adresser au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) ou encore à votre caisse de retraite.

LA GARDE À DOMICILE

Il s’agit d’un complément de l’aide à domicile, avec des possibilités d’intervention la nuit et le week-end (ce que ne fait pas normalement l’aide à domicile). L’essentiel des tâches demeure globalement le même que pour l’aide à domicile. Ce service reste encore rare, cher et mal pris en charge par la collectivité.

​L’AUXILIAIRE DE VIE

Elle s’occupe des personnes âgées très dépendantes qu’elle aide à accomplir les actes de la vie courante : se laver, s’habiller, manger.
L’auxiliaire de vie a, en principe, reçu une formation adaptée et peut servir d’interface avec le personnel médical en cas d’urgence (premiers soins, prise de contact avec le médecin traitant).

Le coût d’une telle aide la réserve à des personnes dépendantes qui ont des revenus supérieurs à ce que peut apporter l’aide sociale. Malgré tout, les organismes sociaux peuvent prendre une partie des frais à leur charge après étude du dossier.

​L’EMBAUCHE D’UN SALARIÉ AU TITRE DE L’AIDE À DOMICILE

Lorsque vous souhaitez embaucher un salarié à domicile, 2 possibilités s’offrent à vous : l’embauche directe ou le recours à un organisme mandataire (entreprise ou association).

L’avantage de cette seconde solution, outre moins de complications administratives et salariales (pas de contrat de travail à rédiger puisque vous n’êtes pas l’employeur de l’aide à domicile) et pas de recherches à effectuer, est que c’est l’association qui vous envoie une personne ayant déjà l’expérience de ce type d’emploi, ce qui en général rassure la famille de la personne dépendante. 

De plus, si la personne ne vous convient pas, vous pouvez toujours demander à l’association de vous mettre en contact avec une autre personne plus en rapport avec vos attentes.

SUR LE PLAN FISCAL

Le particulier qui fait appel à un organisme agréé peut bénéficier des aides financières relatives à l’emploi d’une personne à son domicile (ce qui est également valable s’il est employeur de la personne embauchée à domicile).
Ainsi, sur le plan fiscal, tout particulier assujetti à l’impôt sur le revenu bénéficie d’une réduction d’impôt égale à 50% du montant des dépenses effectivement supportées, retenues dans la limite d’un plafond annuel de 12 000 euros (il existe des majorations pour les personnes à charge).
Le plafond peut passer à 20 000 euros lorsque l’un des membres du foyer fiscal est titulaire d’une carte d’invalidité de 80% ou d’une pension d’invalidité de troisième catégorie.

En ce qui concerne les charges sociales, il est possible de bénéficier d’une exonération des charges sociales lorsque vous devez recourir à l’aide d’une tierce personne. Il convient de vous renseigner auprès de l’Urssaf pour en connaitre les modalités.

LA GARDE À DOMICILE

Il s’agit d’une prise en charge partielle des frais de garde à domicile.
La CNAV (Caisse Nationale d’Assurance-vie) rembourse 80% de la dépense engagée dans la limite d’un certain plafond trimestriel. Cette aide peut se cumuler avec l’ACTP et avec l’aide ménagère à domicile.

Pour bénéficier de cette allocation, vous devez engager une aide à domicile, que ce soit à titre temporaire ou définitif. Vous devez être âgé(e) d’au moins 55 ans et ne pas avoir de ressources supérieures à un certain plafond (se renseigner auprès de la CNAV).
Lorsque vous êtes l’employeur de la personne embauchée, la prestation vous est versée directement. Si vous passez par le biais d’une association agréée, c’est elle qui perçoit l’aide.

LES AUTRES SERVICES

Il est possible pour une personne âgée de bénéficier du portage de repas à son domicile. Ce service est généralement organisé par la mairie.
Le coût, en général modique, est partagé entre la personne dépendante et la commune en fonction des revenus de la personne.
Il convient de se mettre en relation avec le CCAS pour de plus amples renseignements.
Ce type d’aide peut se décliner sous la forme de foyers restaurants, mais pour des personnes valides dans la mesure où elles doivent se déplacer pour bénéficier de repas à prix modérés.
Là encore, des conditions de ressources sont souvent exigées. Il convient de se renseigner auprès des mairies ou des CCAS.