Quel est le lien entre espérance de vie et calcul de diverses rentes ?

30/07/2020
Thumbnail [16x6]

L’espérance de vie a un impact important sur le montant des rentes versées, notamment, dans le cadre des produits d’épargne. La seule véritable solution pour améliorer une rente dans le contexte d’une population vieillissante, consiste à accroître le capital accumulé.

Dans les sociétés occidentales, l’espérance de vie à la naissance a fortement progressé ces dernières années. Selon l’Insee, elle a atteint 79,8 ans pour les hommes et 85,7 ans pour les femmes en 2019 en France métropolitaine. Au cours des 60 dernières années, les hommes ont gagné 13 ans d’espérance de vie et les femmes 12,3 années. Cette amélioration a un impact sur le calcul de la rente, en particulier sur les rentes viagères versées aux retraités.

Des calculs reposant sur les tables de mortalité

Schématiquement, les rentes sont calculées à partir des tables de mortalité. Celles-ci établissent, pour chaque âge, la probabilité annuelle de décès d’un individu. Elles sont réalisées selon des données statistiques et doivent donc être réévaluées régulièrement, à mesure de la progression de l’espérance de vie. Au moment de la souscription d’un produit d’épargne, l’assureur s’appuie sur ces tables pour calculer la rente versée au terme du contrat. Ainsi, de manière logique, plus l’espérance de vie est longue, plus la rente versée sera faible car elle le sera sur une période longue, et inversement. Ce lien entre espérance de vie et montant de la rente vaut pour tous les produits d’investissement et pour tous les types de rente, même s’il existe des différences dans la démarche des différents acteurs du secteur.

Des approches différentes selon les acteurs

Les premières différences portent sur le type de table de mortalité utilisé. En effet, l’assureur peut s’appuyer sur la table en vigueur au moment du départ à la retraite du souscripteur, sur une table avec des montants garantis, ou associer à chaque cotisation versée la table en vigueur au moment du paiement. L’arbitrage effectué entre ces différentes procédures peut avoir un impact important sur les montants perçus par l’investisseur. Par exemple, pour un produit d’épargne dont l’horizon de placement est de 20 ans, la table au moment de la souscription sera très différente de celle en vigueur à la sortie. Par ailleurs, le montant perçu sera également différent s’il s’agit d’une rente viagère simple ou par paliers évoluant en fonction des besoins, ou si celle-ci est indexée sur le coût de la vie. En outre, les différentes options comprises au contrat constituent un paramètre important dans le calcul. Là encore, le lien avec l’espérance de vie est primordial. Plus l’espérance de vie est élevée, plus la rente versée sera faible. Ce phénomène est accentué lorsque les options ont un coût important (pension de réversion, garantie dépendance…).

L’allongement de la durée de vie suppose des efforts d’épargne plus conséquents et d’anticiper la préparation de sa retraite. En effet, même si nous restons dans une période de réforme, la baisse inéluctable des pensions de retraite incite les Français à prévoir des sources de revenus complémentaires.