Retraite : Pourquoi y penser tôt ?

17/08/2021
Thumbnail [16x6]

« La retraite, il faut s’y mettre le plus tôt possible ». Peu sensibles à ce type d’incantation, les Français ne semblent pas presser de s’intéresser au sujet. Et pourtant, l'anticipation est la clé de la réussite.

Selon le baromètre du cercle des épargnants, plus de 6 actifs sur 10 (65 %) déclarent n’avoir aucune idée du montant qu’ils percevront à la retraite ; cette part grimpant à 79 % chez les moins de 35 ans. 

L’immense majorité n’a pas non plus la moindre idée de savoir comment il va financer sa retraite.

Pourtant, la conjoncture actuelle en France faite de crise économique et de déficit budgétaire, et le système de financement des retraites qui montre ses limites sont autant d’éléments qui devraient encourager les Français à se constituer leur propre épargne, dès leur entrée dans la vie active, afin d’assurer leur retraite.

Alors pour vous motiver, une bonne nouvelle, tout d’abord.

Jusqu’à présent lorsque vous constatez une erreur dans la prise en compte de votre carrière, par exemple l’oubli d’un job d’été, vous pouviez le signaler à l’Assurance retraite en envoyant des justificatifs mais la modification n’était pas prise en compte avant… que vous ayez 55 ans.
 

Depuis juillet 2021, le système change. Les demandes sont traitées immédiatement.

Plus d’excuses, donc pour procrastiner. La préparation de la retraite doit vous concerner à tout âge. D’une part parce que vous cotisez pour la retraite toute votre vie. D’autre part parce qu’en gardant en tête l’objectif de la retraite, vous gérerez bien mieux votre argent et votre patrimoine.

Dès le 1er emploi (dès 20 ans), vous pouvez commencer par vous constituer une épargne de précaution, sur un livret A ou mieux en ouvrant une assurance vie pour « prendre date », c’est-à-dire ouvrir le décompte pour bénéficier le plut tôt possible des avantages fiscaux.

À 30-35 ans, faites de l’épargne-projet : Optez pour l’achat d’un bien immobilier ou des placements à plus long terme (5 ans ou plus pour profiter de certaines défiscalisations). Équilibrez vos placements entre supports dynamiques (plus de risque, plus de rendement) et sécurisés.

Vers 40-45 ans, continuez à alimenter votre épargne long terme : plan d’épargne entreprise, plan d’épargne en action (PEA) ou une Assurance Vie.

Entre 50 et 65 ans, c’est l’heure du bilan patrimonial. Votre patrimoine est-il assez diversifié entre financier et immobilier ? Quelle est la part des placements dynamiques et des placements sécurisés ? Quelles sont vos grosses dépenses à venir ?

C’est le moment de procéder aux ajustements et aux derniers réglages pour s’assurer une retraite paisible. Viendra ensuite le temps de faire un bilan successoral.