L’épargne responsable : comment faire vos choix ?

03/08/2020
Thumbnail [16x6]

ISR, fonds thématiques ou encore fonds solidaires, il existe différentes manières pour concilier votre épargne avec vos valeurs. De nombreux sondages le montrent les particuliers souhaitent accompagner les grands mouvements de société grâce à leurs investissements. Pour cela, ils ont le choix entre plusieurs familles de produits et labels garantissant le sérieux de la méthode employée.

Depuis quelques années, les placements dits « responsables » réalisent une véritable percée auprès du grand public et l’intérêt des épargnants pour les thématiques durables se confirme. Le sondage Ifop annuel « Les Français et la Finance responsable » (1), publié lors de la semaine de l’investissement responsable en septembre 2019, précise les attentes des épargnants. Selon cette étude, commandée par le FIR (Forum pour l’Investissement Responsable) et l’agence Vigeo Eiris, 60% des Français accordent de l’importance aux impacts environnementaux et sociaux pour prendre leurs décisions de placements. Parmi les thématiques plébiscitées par les épargnants figurent en premier lieu les sujets environnementaux suivis de près par les questions sociales. Ainsi, 82% des sondés accordent une attention particulière à la pollution, 76% au changement climatique, 69% à la biodiversité, 78% au respect des droits de l’homme et 73% aux conditions de travail. Les différents acteurs du secteur ont bien compris cette tendance et ils en tiennent compte pour développer leur offre de produits de placement.

Les fonds utilisant des critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance)

Ces fonds sont reconnaissables grâce à leur label ISR (Investissement Socialement Responsable). Celui-ci a été défini par les pouvoirs publics à travers un cahier des charges précis. Il conduit les gérants à choisir des entreprises privilégiant des critères ESG puis à sélectionner celles qui répondent aux meilleures pratiques et qui disposent d’un potentiel attractif à long terme sur les marchés financiers.

Les fonds avec un label ISR génèrent une performance en ligne avec celles des grands indices voire un meilleur rendement. En effet, à la lumière de la crise du Covid-19, les gérants ont constaté une légère surperformance des fonds intégrant des critères ESG par rapport à l’ensemble du marché. En effet, ces derniers sont, la plupart du temps, absents ou très faiblement investis dans les énergies fossiles qui ont beaucoup corrigé depuis le début de cette crise. 

À noter : au 1er avril 2020 (2), les épargnants résidents en France avaient à leur disposition 395 fonds labellisés ISR pour un encours sous gestion de 150 milliards d’euros et proposés par 69 sociétés de gestion. Ce label doit faire l’objet d’une communication lors de la vente, il est donc facile à repérer, tout en offrant une grande diversité de solutions.

Les fonds Thématiques

Pour les fonds thématiques l’univers d’investissement est plus réduit. Les gérants peuvent, par exemple, sélectionner les entreprises qui apportent une solution au réchauffement climatique, ou encore celles qui se situent dans le domaine de l’eau, des forêts, de l’alimentation et de l’agriculture ou encore celles qui favorisent le bien-être au travail ou emploient des publics en difficulté. Chaque thématique est clairement énoncée dans l’intitulé du fonds pour permettre à chaque investisseur de choisir ce qui l’intéresse. Le label « Greenfin », mis en place par le Ministère de la transition écologique et solidaire, garantit la qualité verte des fonds d’investissement. Outre la sélection de valeurs qui permettent d’assurer la transition écologique vers un monde moins pollué et moins émetteur de carbone, ce label a la particularité d’exclure les fonds qui investissent dans des entreprises opérant dans le secteur nucléaire et les énergies fossiles. Les labels doivent faire l’objet d’une publicité lors de la commercialisation et sont facilement accessibles.

La performance des fonds thématiques varie en fonction des grands indices. Elle peut être supérieure (voire bien supérieure) ou inférieure car ces fonds possèdent des biais sectoriels. Ils peuvent être, par exemple, investis dans les énergies renouvelables ou encore dans les infrastructures, des secteurs dont le couple rendement/risque sont spécifiques.

À noter : au 1er avril 2020 (2), les épargnants résidents en France avaient accès à 43 fonds labellisés « Greenfin » pour un encours sous gestion de 13 milliards. Parmi les fonds labellisés figuraient des fonds investis sur les « greenbonds », des obligations qui financent des projets liés à la transition énergétique, des fonds investis sur les infrastructures vertes ou encore sur la modernisation écologique des transports.

Les fonds solidaires

L’association Finansol, spécialisée dans l’économie solidaire, propose elle-aussi un label installé depuis de la fin des années 90. Ce dernier qui a été déjà octroyé à plus de 150 fonds repose sur deux grandes catégories de critère : la transparence et l’information. Ainsi, les fonds doivent régulièrement informer leurs souscripteurs des investissements réalisés. Pour répondre à leur engagement de solidarité, ils doivent financer des projets d’accès à l’emploi ou au logement, d’activités écologiques ou en faveur du développement…. Ils peuvent aussi faire le choix de verser un quart des revenus générés à des associations sous la forme de dons. 

Ces fonds peuvent afficher une performance moindre que les fonds ISR et thématiques car leur objectif est autant de rémunérer l’épargne que de soutenir des projets solidaires. Il n’existe pas véritablement de classement sur ces fonds, il faut consulter les historiques de performance de chacun et comparer éventuellement ces rendements avec ceux des grands indices sur longue période pour se faire une idée de leur comportement.

Quelle que soit votre situation, il est indispensable de bien vous renseigner sur les sites Internet ou auprès d’un expert financier avant de vous engager. Indépendants ou issus de grands réseaux, vos conseillers vous permettront de comprendre ce qui caractérise les fonds et de sélectionner le produit d’épargne adapté à votre profil d’investisseur.

  1. Sondage réalisé auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1006 personnes entre le 26 et le 28 août 2019.
  2. Ministère de l’Économie et des Finances