Sauriez-vous quoi faire en cas de faillite de votre banque ?

02/11/2020
Thumbnail [16x6]

64 % des Français déclarent avoir confiance dans le système bancaire (+5 points). Pour autant seul un sur deux disent savoir ne pas perdre tout leur argent en cas de faillite de leur banque (+2 points).

Le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) a mesuré pour la cinquième année consécutive la connaissance des Français sur la garantie des dépôts et du FGDR. Cette enquête, réalisée par l’institut Harris Interactive fin mai 2020, mesure aussi la connaissance des produits couverts, des montants couverts et du délai d’indemnisation. La garantie des dépôts est à présent connue par 53 % des Français, (+3 points par rapport à 2019, et +9 points par rapport à 2016). 62 % des Français savent que leurs comptes courants sont couverts (stable depuis 2019).

Les autres produits couverts (comptes et plans d’épargne sur livret ou livrets jeunes) par la garantie sont moins cités. Un quart des Français (23 %) est en mesure de donner le montant maximal d’indemnisation de 100 000€ par client et par banque (-2 points par rapport à 2019). 8 % des Français ont une connaissance précise du délai d’indemnisation de 7 jours ouvrables en cas de faillite bancaire, (stable par rapport à 2019).

Votre épargne est-elle garantie en cas de faillite des banques  ?

En France, le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR) vous indemnise jusqu’à hauteur maximale de 100 000 €. 
Cette garantie concerne notamment :

  • les comptes courants, les comptes de dépôt à vue ou à terme 
  • les plans et comptes épargne logement 
  • les livrets jeunes 
  • les comptes-espèces liés à un compte-titres ou à un plan d’épargne en actions (PEA) 
  • les chèques de banque remis et non encore encaissés

Les fonds figurant dans votre Livret A, votre LDDS et votre LEP bénéficient d’une garantie spécifique de l’Etat. L’indemnisation est également plafonnée à 100 000 € et est versée par le FGDR pour le compte de l’Etat.

Les avoirs des assurances-vie sont protégés par le Fonds de garantie des assurances de personnes (FGAP), à hauteur de 70 000 € (90 000 € pour les rentes d'incapacité ou d’invalidité et les rentes versées aux héritiers en cas de décès).